Fermeture d'école et

poursuite de scolarité



Ecrans, modérément !
Clic!


Coronavirus
Comment en parler et rassurer vos enfants

Alors que les écoles sont fermées, que les mesures de confinement se rigidifient, les parents ne savent pas toujours forcément comment expliquer la propagation de la pandémie à leurs enfants ni comment les rassurer.

Ainsi, à partir d’articles émanant de psychologues et pédopsychiatres, je vous ai élaboré une« ficheconseils »destinés à expliquer et à rassurer vos enfants dans ce contexte particulier. Je vous joinsbien sûr les articles en question. Je la mettrai à jour si nécessaire.

Voici donc les conseils :

-Tout d’abord, à l’heure où nous sommes inondés d’informations provenant de différentes sources,assurez-vous  que  vos informations sont fiables.

 Pour cela je vous invite à consulter le site
www.gouvernement.fr/info-coronavirus qui est régulièrement mis à jour. Il dispose d’un ensemble de  « questions -réponses. »

-Se calmer soi-même : Les jeunes sont des éponges à émotions : ce qui les inquiète souvent, ce sont les émotions qu’ils perçoivent chez les plus grands et notamment chez leurs parents

-fournissez -leur les moyens d’accéder à une information claire et compréhensible pour eux.

Ex : pour les enfants de 7-12 ans, il existe un journal en ligne « P’tit Libé »,  service dédié au sein du quotidien Libération.Il propose un récapitulatif spécial coronavirus en accès libre.

-encadrez leur accès aux medias : Dans la mesure du possible, les enfants de moins de six ans devraient être tenus éloignés des écrans de télévision à l’heure des JT.Entre six et douze ans, la psychologue conseille, si la télévision est allumée pendant le JT de ne pas laisser les enfants seuls devant l’écran mais de regarder avec eux et de discuter de ce qu’ils viennent de voir.Au-delà de 12 ans, l’essentiel est de pouvoir discuter librement avec ses enfants de ce qu’ils ont pu voir ou entendre sur les différents médias, et de s’intéresser à ce qu’ils ressentent.

-répondez aux questions des enfants mais ne pas les anticipez de façon à ne pas calquer sur eux des craintes et des interrogations d'adultes. 

L’idéal serait de l’interroger lorsqu’il aborde le sujet : "Par exemple, si un enfant de 7 ou 8 ans vous demande si le virus est dangereux, vous pouvez commencer par lui retourner la question : pense-t-il, lui, que c’est un virus dangereux ? Qu’est-ce qui lui fait dire cela ? Cela permettra de mieux adapter la réponse."

-Expliquez, en étant le plus positif possible, aux enfants qui vous en font la demande,les raisons de la mise en place des mesures de confinement et les conséquences très positives que cela a sur le ralentissement de l'épidémie..

-Rassurez en ré-énonceant des réalités qui peuvent nous paraître simples mais qui à hauteur d’enfant sont de véritables bouées de sauvetage, telles que : "les adultes sont responsables, nous allons nous occuper de toi, nous protéger et te protéger", ou encore "nous avons de bons hôpitaux, de bons médecins, qui vont tout faire pour protéger et guérir les malades". 

-Rassurez-les en les invitant à agir car c’est aussi le sentiment d’impuissance qui peut mener à l’anxiété : apprentissage des gestes barrières, création de petitesvidéos pour les grands-parents…

-relativiser : c'est-à-dire que ce virus, oui, fait peur, il touche la Terre entière, etc. Mais quand on regarde les chiffres, il y a quand même très peu de gens concernés (population Française :65 779 O00 personnes/ nombre de cas de coronavirus en France : 7730 au 17 mars 2020)

-garder la dimension ludique, jouer avec euxet les faire rire sans nier l’angoisse de l’enfant.

-aider à mettre des mots sur les angoisses qu'ils ont pour les en libérer.

NB :Si votre enfant n'exprime pas ses angoisses, cela peut se traduire par des maux de ventre, des troubles du sommeil, de l’irritabilité et de l'agressivité... Dans ce cas, demandez-lui alors s’il se sent triste, stressé ou en colèreen ce moment afin de l’aider à exprimer ces émotions.

-reprendre le terme de « guerre », employé par le Président de la République. « C’est la guerre contre un virus, ce n’est pas la guerre contre des gens, ça n’a rien à voir. On se protège car c’est comme un ennemi invisible, sournois qui nous guette mais c’est contre le virus qu’on se bat et on le fait de façon solidaire tous ensemble. C’est en ce sens qu’on doit respecter les consignes et le confinement.uand on dit « c’est la guerre » et qu’on le répète plusieurs fois, ce n’est pas pour faire peur pour rien, c’est parce qu’il est important de se prémunir de ce danger. »(dixit Mr PommereauPedopsychiatre,sur article « 20mn société »)

-Evitez de minimiser la gravité de la situation ("ce n’est rien du tout !") en voulant rassurer, car l’enfant aura le sentiment qu’on lui cache des choses, ce qui provoquera davantage d’anxiété.

-Evitez de   lui dresser un tableau trop anxiogène de la situation ("ne fais pas ça, ni ça, le virus est partout !")en voulant le mettre en garde, car l’enfant risquera d’être submergé par l’angoisse.

-leur dire que c’est temporaire : leur donner une finalité même si on ne connait pas encore le calendrier exact.

-Adapter le niveau de votre discours en fonction de l’âge de votre enfant.

EX :Parler du coronavirus =une toute petite particule, invisible à l’oeil nu, / expliquer ce qu’il peut faire (rendre malades certaines personnes )/ expliquer ce qu’il ne peut pas faire (rendre malade ou tuer tout le monde, rester pour toujours collé quelque part, s’attaquer aux animaux…)/ pourquoi il inquiète les adultes (parce que quand beaucoup de gens sont malades d’un coup, la société fonctionne moins bien et les médecins et infirmières ont trop de travail dans les hôpitaux, mais aussi parce que certaines personnes, âgées ou déjà malades de quelques chose d’autre, peuvent parfois devenir très malades à cause du coronavirus)
/ pourquoi il faut se protéger (parce que plus vite on aura trouvé des solutions pour empêcher le virus de se coller à de nouvelles personnes, plus vite il disparaîtra et plus vite on reprendra une vie normale)

 --une  bande dessinée « Coco le virus »a été crée par Me Marguerite de Livron, psychomitricienne à
destination des jeunes enfants. Voici le lien pour le trouver http://psycogitatio.fr/le-coronavirus-explique-aux-enfants/

Mme Marianne Albertini
Infirmiere scolaire sur les collèges de Quissac et
de Saint Hippolyte du Fort et leurs écoles de secteur
.

Pour me contacter : marianne.albertini@ac-montpellier.fr

Mes sources :

www.franceculture.fr/societe/coronavirus-comment-lexpliquer-aux-enfants avec Elsa Maudet, journaliste à Libération et co-fondatrice duP’tit Libé,

www.20minutes.fr/societe/2742247-20200317-coronavirus-enfants-quand-dit-guerre-faire-peur-rien

avecXavier Pommereau, pédopsychiatre et directeur d’un hôpital de jour pour les 16-25 à la clinique Béthanie à Talence (Gironde)

www.rtl.fr/actu/bien-etre/coronavirus-comment-parler-aux-enfants-et-les-rassurer-7800265335 avec le psychiatre et psychanalyste Serge Hefez

www.sudouest.fr/2020/03/13/expliquer-rassurer-structurer-comment-parler-du-coronavirus-a-vos-enfants-7319971-10861.phpavec La psychanalyste Claude Almos,psychologue clinicienne Béatrice Copper-Royer,la psychologue Evelyne Josse, Jean Pellegrin pedopsychologue



Accueil